Trajet Vang Vieng – Luang Prabang

Nous voici arrivés à Luang Prabang après un voyage quelque peu chaotique. Sachant à peu près à quoi nous attendre, nous avons choisi un bus VIP à Vang Vieng et non un bus local. Grand bien nous a pris. On nous vend 3 billets VIP parce qu’on insiste, pour une fois c’est l’inverse, on demande une place de plus car ils veulent nous en vendre 2. Un garçons sur les genoux pendant 6 heures on veut bien, on a l’habitude, les deux, ça devient vraiment trop fatigant. Donc, nous voulons payer 3 places et nous voulons 3 places assises. OK ? OK ! Di laï !

IMG_8674

Le matin, nous allons donc à la gare de bus et nous voulons prendre place aux numéros qui ne sont pas affichés alors comme le tuktuk est venu nous chercher en retard on entre les derniers dans le bus et on lance un grand jeu de chaises musicales pour trouver au moins deux places côtes à côtes, ça a l’air d’amuser le bus car on se retrouve avec nos 3 places les unes à côté des autres… Génial ! Le bus part, Vincent comprend vite que le trajet va être long, il a le voisin de devant qui lui dort sur les genoux. Pour être plus claire, le dossier du siège n°X du bus VIP est cassé et pose donc sur les genoux de Vincent rebondissant à chaque bosse. Un vrai plaisir. Il se demande s’il ne va pas se lancer dans le massage de cuir chevelu… Ouhlala !!!! Attention, tout ça c’est passé entre la place initiale du bus et la sortie du terminal, 32 mètres plus loin. Le bus s’arrête, on ne sait pas trop pourquoi pendant 3 ou 4 minutes. Vincent essayant toujours de jouer les Mc Giver pour le siège de devant et moi essayant d’organiser les enfants pour le trajet, on s’en rend presque pas compte. Pourtant on vous le raconte parce que dans 10 minutes ça aura beaucoup d’importance.

Le bus repart donc et 10 minutes plus tard, une jolie demoiselle arrive à mon niveau accompagnée d’un beau jeune homme et surtout du monsieur Lao du bus.

Et là on me demande de prendre mes deux enfants sur les genoux, on me pousse même avec Niels sous les genoux d’Adan pour que la jolie jeune femme puisse s’asseoir. Je regarde, je ne comprends pas doù elle sort. Vous comprenez déjà parce que vous n’avez pas eu à vous installer dans le bus au moment où elle est montée.

IMG_8672

Donc je commence à faire du bruit, à dire non. Vincent sur le siège de devant se retourne, son tournevis à la main (euh… non là on en rajoute un peu). Il se retourne et comprend tout de suite ce qu’il se passe. Il est beaucoup plus fort que moi pour ce genre de situation.

A ce moment là, Adan est près de la vitre, Niels sur mon genou gauche et la jolie blonde sur mon genou droit. Il y a 2 personnes de trop dans ce bus VIP. Biensur si nous avions été dans un bus local, nous n’aurions rien dit, nous savons les sacs de riz au milieu du passage, les cages avec les poules, les sacs de charbon et toutes les excentricités des pays exotiques…

Mais là, nous avions payé un peu plus cher notre billet pour justement avoir un minimum de confort sur une route qui, nous a-t-on dit, est assez pénible et souvent sujette aux maladies stomaquiennes des voyageurs…

Donc, nous refusons de partager à 5 deux fauteuils. Qu’à cela ne tienne, le monsieur du bus à une solution toute trouvée. Vincent m’ordonne de ne pas quitter ma place. Dans ces moments là, il est ferme, un homme, un vrai, il a la situation bien en main.  Il veut voir la solution proposée sans que nous perdions nos places. Alors il suit le monsieur qui n’hésite pas une seconde à lui proposer, avec le sourire et la certitude que la solution est là, la soute à bagage pour les garçons, ainsi ils pourront dormir…

Refus, refus, refus, refus, refus…. Le joli petit couple demande à descendre à environ 30 minutes de bus de Vang Vieng, ils retourneront à Vang Vieng… Nous ne savons pas s’ils auront trouvé une solution pour le même jour ou non…

Voilà, nous sommes donc partis avec nos 3 places pour 6h de bus annoncées. Vincent carressant les doux cheveux du monsieur de devant, les cheveux ça lui manque parfois un peu…

Et là, ça arrive gros comme une maison, vous attendez le rebondissement, vous ne pouvez pas imaginer qu’on s’en arrête là ! Et bien, à ce moment là, nous pouvons savourer le paysage, les montagnes que nous voyons pour la première fois sont vertes, escarpées, belles. Nous les voyons de moins en moins, nous n’aurons pas vraiment de photos car plus le trajet passe, plus la poussière de sable recouvre les vitres du bus à l’extérieur mais aussi à l’intérieur, elle entre par le système de ventilation (qu’ils ont bien voulu allumer à la demande générale du bus, car ça devenait irrespirable).

On apprécie au mieux ces heures de bus que je ne supporte plus, j’en aurais de l’urticaire si je pouvais somatiser. Enfin, je ne les aime pas et elles font partie des heures de voyage, le voyage…

IMG_8669

BOUM ! Un virage mal négocié ! Hiiiiiii…….. Je serre les bras et retiens Niels. Bon, faut pas s’imaginer le grave accident, on est en montée, on doit rouler à 20km/h lorsque le bus heurte la montagne dans le dernier virage avant le premier village que nous croiserons. Quelle chance ! Il l’aurait fait exprès qu’il n’aurait pas mieux fait. Niels commençait à être nauséeux, on va descendre du bus au village, comme les gens du bus ne parlent que Laossien on ne sait pas pourquoi, pour combien de temps…. On constate bien que le pare choc est cassé et, derrière le pare choc, devant la roue avant droite il y a une barre qui traîne par terre.

On s’arrête, on mange. On attend. On regarde les boulistes jouer au boules. On regarde le conducteur du bus tourner autour de sa roue d’un air perplexe.

IMG_8671

Pour mon grand-père du sud, au Laos, ils adorent jouer à la pétanque.

On commence à entrer en contact avec les enfants près du boulodrome lorsque le chauffeur nous appelle, on retourne au bus, la barre a été enlevée, on repart.

Nous finirons le trajet sans nouvel incident. Nous arriverons de nuit à Luang Prabang après 10h de voyage. Nous n’aimons pas arriver de nuit, les garçons dorment et porter nos sacs et les garçons c’est toujours compliqué ! Nous prenons le tuktuk qui nous dépose au night market. Nous nous rendons dans la rue des guesthouses à deux pas. On trouve la moins chère pour la nuit, demain nous en chercherons une sympa pour passer les fêtes. La nuit, Luang ça a l’air sympa !

Retrouvez plus de photographies de notre voyage au Bénin sur le site du photographe Vincent Meyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donnez et voyagez avec Ecole autour du monde