Puno et les îles Uros

Nous le savions, nous le savions bien. On nous l’avait dit. Et pourtant, il a fallut qu’on y aille quand même. N’y allez pas, c’est trop touristique. Il n’y a plus rien à voir. C’est complètement artificiel … parce qu’on ne pouvait pas passer à côté sans y aller, bien sûr !

Nous voilà donc à Puno, côté péruvien.

Vendeuse  à un carrefour de Puno (Pérou)

 

Juste avant, on va vous raconter une petite anecdote. A Copacabana (Bolivie), nous rentrons de nos deux jours sur l’Isla del Sol. Et sur la place principale, un cireur de chaussures vient nous parler. Nos chaussures en tissu n’ont pas besoin de cirage. Pourtant, de file en aiguille, nous entamons une discussion où il nous raconte venir d’un village du Pérou. Il voulait gagner un peu de sous mais tous les touristes et les globetrotters ont des chaussures comme les nôtres, en tissus. Il veut rentrer chez lui mais n’a pas assez d’argent.

Plaza des armas de Copacabana (Bolivie)

 

Il nous demande donc de l’argent, que bien évidement, nous ne lui donnons pas. Mais nous voulons lui donner sa chance, s’il est à la frontière entre la Bolivie et le Pérou demain, nous pourrons l’aider.

Nous nous séparons sur cet entre-fait, persuadé qu’il ne sera pas là le lendemain. Nous montons dans le bus et admirons la vue imprenable sur le lac Titicaca.

Vue sur le lac Titicaca

A la frontière, nous observons les changements (décorations en losanges sur les maisons, bâtiment vitré …). Nous reparlons  de cette discussion de la veille et nous disons que nous avions raison, le petit cireur n’est pas là.

Et bien nous avions tors. Ce jeune homme est venu nous rattraper en courant, nous demandant si on se rappelait de lui. Bien sûr que oui ! Nous n’avions pas de quoi lui payer son retour jusqu’à son village mais nous lui avons donné assez pour qu’il avance bien dans son trajet de retour. Nous n’avons pas l’habitude de donner de l’argent, et pourtant …

Mais revenons à notre première histoire. Oui, nous l’avons fait, nous y avons été. Mais où ? Sur les îles Uros bien évidement ! Enfin ! Vous savez, ces îles faites de paille où vivent des tribus coupées du monde et dont vous êtes le premier touriste qu’elles voient.  Vous voyez ?

De Puno (ville sans grand intérêt si ce n’est une panne du réseau Visa qui nous a posé quelques soucis pour retirer de l’argent suite à une averse de grêle tombée sur la ville la veille), nous prenons un bateau en soirée pour ces fameuses îles.

Chrystelle et Adan à Puno (Pérou)

Comme prévu, nous arrivons sur une petite île où une brave dame nous attend avec son artisanat. Nous irons ensuite, de nuit, sur une autre île aménagée de plusieurs boutiques, d’un restaurant et d’un hostel.

Niels conduit un bateau pour les iles Uros (Pérou)

Adan conduit le bateau pour aller aux iles Uros (Pérou)

Si ce n’est l’expérience de marcher sur une île faite de paille, quelques échanges avec les gens et le fait d’y être allé, nous repartons des îles Uros en demi teinte.

Jeune fille sur les iles Uros (Pérou)

On nous l’avait bien dit que c’était touristique, mais quand-même, ça fait quelque chose de rencontrer ces gens, surtout dans cette atmosphère si particulière, à l’heure de la fermeture, quand la nuit tombe, que l’on range les décors et que la vie reprend un cours presque « authentique ».

Et puis, dans les Merveilleuses Cités d'Or, Esteban, Tao et Zia vont sur le lac Titicaca. Il fallait bien qu'on y aille aussi pour poursuivre notre quête des cités d'or et voir s'ils n'avaient pas laissé des indices !

[nggallery id=64]

2 pensées sur “Puno et les îles Uros

  • avatar
    5 octobre 2011 à 17 h 33 min
    Permalink

    Coucou, j'espère que vous allez bien
    gros bisous a bientôt
    sandrine

    Répondre
  • avatar
    6 octobre 2011 à 15 h 59 min
    Permalink

    Eh !!  Niels regarde devant toi quand tu conduit, et j'ai également l' impression que quelqu'un te pique le volant.

    Répondre

Répondre à victoriaegasse Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donnez et voyagez avec Ecole autour du monde