Film documentaire

Présentation synthétique

Réalisateur et auteur : Vincent Meyer

Tournage : étalé sur an entre avril 2011 et mars 2012

Lieu : Asie du sud-est, Océanie, Amérique du sud, Afrique de l’ouest et Maghreb

Format : documentaire 5 fois 10′ HD

Diffuseur : en recherche

Production : en cours de négociation avec une société de production

 

Le projet

Le projet est avant tout la réalisation d’un film documentaire sur l’intime de l’émotion partant du postulat que la classe est une matrice, au sens maternel, substrat de vie, un lieu fortement émotionnel. Le film vise à partager tous ces instants, ces petits gestes, ces regards au plus proche des réalités de terrain sans a priori, ni préjugé et à en explorer les différentes facettes, les différentes formes d’expressions. Tout ceci pour laisser le témoignage d’une réalité peu explorée.

Il n’y a pas de parti pris pédagogique, pas d’orientation politique ou sociologique. Il n’y a pas de théorie à valider. Simplement l’envie d’aller à la rencontre de cet univers et d’en ramener une trace, une empreinte, à partager, à ressentir, à réveiller.

Pour une description plus détaillée du projet, nous vous invitons à consulter la page projet.

 

L’auteur et réalisateur

Vincent Meyer est photographe et fait évoluer son métier vers la vidéo. A l’heure de la convergence numérique, ce rapprochement se fait donc naturellement. C’est d’ailleurs l’occasion d’un regard traitement différent du documentaire, comparée aux autres acteurs du métier. Il a pour atout son expérience qui porte sur :

  • une bonne approche du contact avec le public en présence d’un objectif. De plus le matériel pro en photo s’approche de la taille d’une caméra en termes de taille et d’apparence.
  • un bon contact avec les enfants, suite à la réalisation de photos dans les écoles, centre de loisirs et naissances
  • la gestion d’une équipe derrière et devant l’objectif (assistant, placement des modèles, faire prendre la pause, création un climat de confiance et détendu, sécurité des équipements en milieu ouvert …)
  • le traitement d’un sujet de reportage avant (préparation, choix de l’angle d’approche …), pendant (atteinte des objectifs, fixation des moments clés, adaptation au terrain …) et après (éditing, tenu des délais, livraison dans les conditions définies au départ …)
  • une capacité à faire les meilleurs choix techniques pendant le reportage (adaptation aux conditions de prises de vues, configuration du boitier et des paramètres de prise de vue, choix du matériel comme les objectifs)
  • une relation proche des gens qui se ressent dans la qualité des images produites
  • un soin tout particulier apporté à l’esthétique de l’image
  • un regard original, créatif, artistique et décalé des standards du documentaire de par son parcours atypique
  • une expérience des voyages qui le rend très rapidement opérationnel sur le terrain

 

Le sujet

 

Où ?

Les tournages se dérouleront essentiellement au sein des classes, cantine, espace de jeux/détente des enfants. Des prises de vues seront aussi réalisées à l’extérieur du lieu d’apprentissage comme dans la rue, chez des parents ou instituteurs.

Ces tranches de vies seront tournées dans plusieurs pays, Asie du Sud est, Australie, Amérique du Sud, Afrique.

 

Quand ?

L’ensemble du tournage va s’étaler sur une année entière.

Les séquences sont capturées pendant les heures de classe. Si nécessaire, les transports, moments de restauration ou de devoirs seront aussi filmés. Les instants de rencontre entre nos enfants et les enfants qui nous accueillent feront aussi l’objet de prises de vues.

 

Comment ?

Les vidéos de la vie quotidienne à l’école seront illustrées par des prises de vues dans la classe. Ce pourront être des plans sur les enseignements, mais aussi des petits évènements survenant pendant l’école ou des gestes/regards entres les enfants et/ou enseignants. Tout ce qui pourra illustrer le sujet sera saisi.

Il n’est pas prévu de voix off de l’auteur. Les propos échangés entre les enfants seront traduits quand cela est nécessaire. Des temps de silences en « no comment » seront aussi laissés afin de mieux retranscrire l’ambiance de certaines scènes.

Des séquences tournées à l’extérieur pourront renforcer le sujet principal du documentaire. Il s’agira d’illustrer les différences ou non d’ambiance entre l’extérieur et l’intérieur de la classe.

Ces séquences joueront aussi un rôle divertissant pour le spectateur. Des lieux touristiques connus, la beauté de la nature ou des fêtes traditionnelles seront ainsi filmés.

Il est aussi prévu l’enregistrement d’interviews menées avec des enfants ou des adultes qui viendront enrichir les scènes de la vie quotidienne par un contenu complémentaire. Ces interviews seront menées dans l’école ou à l’extérieur (chez des parents, dans la rue, pendant une réunion …).

Techniquement, une alternance des types de plans rythmera le documentaire. Il est ainsi prévu des plans larges (28mm), des plans plus serrés (jusqu’à 300mm) voir même des macros (100mm macro). Des plans de coupes seront aussi insérés (mains, regard, fenêtre, tableau, livre …). Les interviews seront aussi rythmées par l’insertion de séquences vidéo illustrant les paroles, avec la continuité de ces dernières en voix off. Les plans fixes seront privilégiés pour garantir une qualité d’image optimale.

Une grande attention sera apportée au tournage, tant par la composition des scènes que par leur intérêt. Le film sera entre le documentaire et l’œuvre artistique pour transcender les émotions exprimées pendant le reportage.

 

Les interviews

Les interviews posées (pas dans la rue appareil à l’épaule) se dérouleront de manière à optimiser le rendu documentaire. Comme il n’y aura qu’une source d’enregistrement vidéo, les séquences seront interrompues afin de déplacer le point de vue et varier ainsi les plans et angles de vues.

La captation du son sera déportée pour être au plus prêt de la source et isoler les bruits parasites.

Un grand soin sera apporté à la prise de vue de ces interviews (cadrage, lumière, arrière-plan…). Ils seront intégrés au même niveau de réalisation que le reste du documentaire.

 

Le synopsis

Un panorama du pays d’accueil est réalisé à travers le regard de nos enfants qui le découvrent pour la première fois. On y découvre des éléments touristiques, les infrastructures et des petites choses qui attirent l’attention d’enfants mais qui échaperaient aux adultes. Il s’en suit une approche de la classe, les premiers contacts avec les élèves. C’est un moment intense d’échanges en tous genres.

Le spectateur découvre ensuite la classe et son environnement scolaire. Ceci peu prendre plusieurs formes comme le suivi d’un élève/groupe d’élèves en particulier, le portrait d’un enseignant, un évènement récent raconté par la classe … On rentre progressivement dans l’intimité de la classe, les échanges entre enfants, la vie de ce petit monde.

Viennent ensuite le temps des séparations. Nos enfants reprennent le rôle principal pour dire au revoir à leurs copains et réaliser une transition avec la prochaine école.

Au fur et à mesure des écoles, nous rentrons dans un univers d’émotions. C’est un air envoutant qui emporte le téléspectateur, comme si chaque école venait jouer sa partition dans cet orchestre de la vie.

On ressort de ce voyage, film, avec quelque chose d’indéfinissable mais de changer, quelque chose qui a pu raisonner profondément dans nos souvenirs d’enfance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donnez et voyagez avec Ecole autour du monde