Koh Chang

Alors voilà que nous avons quitté l'Australie pour la Thaïlande avec nos regrets de ne pas passer par la Chine. Nous arrivons à Bangkok mais partons très très vite pour Koh Chang où nous décidons de passer un peu de temps pour nous poser, concrétiser notre projet de calendrier, mettre à jour notre comptabilité et projeter la suite de notre voyage en fonction des éléments que nous aurons rassemblés. Nous faisons un petit bilan sur les mois passés, le rythme soutenu qui aura été le nôtre, la réalité de notre voyage et remettre sérieusement les garçons au travail. Il est vrai que ce n'est pas évident d'allier régularité scolaire et itinérance.

IMG_7701

Pour faire tout cela nous cherchons l'endroit le plus prêt de Bangkok, le plus calme et le plus relaxant. Nous pointons de notre doigt sur la carte l'île de Koh Chang. Nous partons, 5 heures de mini bus et petit coup de bateau et nous voici de nuit sur l'ile.

Je suis heureuse car la simple matinée passée sur Bangkok à la recherche d'un transport aura été éprouvante pour moi. Nous ferons un article consacré à Bangkok plus tard car nous irons plusieurs fois.

Donc l'île de Koh Chang a une grande plage de sable blanc essentiellement. Et nous n'irons pas chercher de guesthouse par là-bas, nous préférons rester au Fasaï hostel sur le petit port de pêcheur qui jouxte le port de ferry. Notre chambre est au dessus de l'eau lorsque la marée est haute.

Fasai hostel

Elle est belle, immense, claire, propre et possède accrochez vous bien 3 lits doubles. Il faut voir la tête d'Adan en la découvrant, il en a les larmes aux yeux, jamais j'aurais pu imaginer avoir mon lit pour moi tout seul et en plus deux places.

Ca nous renvoie aussi aux difficultés du voyage parfois pour les garçons qui ne se plaignent jamais. Nous les aimons vraiment, ils sont beau, forts, courageux et patients. C'est dans leurs moments de joie que nous pouvons comparer leurs moments difficiles.

Adan et Niels travaillent

Donc de Koh Chang, nous n'avons pas grand chose à dire, nous avons essayé de nous reposer de la plus grande partie de notre voyage. Nous avons surtout beaucoup travaillé sur notre  calendrier. Les garçons aussi ont beaucoup travaillé. Nous avons fait du sport, parce qu'on néglige parfois trop souvent les cours d'éducation physique et sportive alors quand nous en avons l'occasion, nous essayons d'apprendre de nouveaux sports aux garçons. Ils se sont déjà essayé plusieurs fois au ping-pong, au billard, à la randonnée (parfois en haute montagne), les roulades, équilibres dans le sable… A Koh Chang, nous essayerons la nage et le kayak. Le Kayak, c'est très vite acquis surtout pour Adan qui comprend bien le rythme, la synchronisation et comment tourner. La natation, Adan arrive à nager quelques mètres la tête sous l'eau. La flottaison semble difficile la tête hors de l'eau. J'essaie pleins de jeux de flottaison mais autant Niels y arrive bien, autant Adan doit avoir un aimant dans le ventre (comme il dirait) c'est pour cela qu'il est attiré par le centre de la Terre.

Kayak

A Koh Chang, nous commençons a recevoir des messages d'une France qui souhaite que nous rentrions alors même que le pays est en crise, que le froid est revenu, que la période pré-électorale est entêtante. Nous sommes heureux d'être à Koh Chang, chacune de ces paroles nous aide à mieux réfléchir à notre retour. Les couchers de soleil nous guident comme les lumières de la sagesse vers des horizons que nous dessinons petit à petit et que nous peaufinerons lors de notre dernier mois à l'aube de levers de soleils rougeoyants. Nous rêvons les pieds sur Terre. Nous saurons rattraper au retour dans notre pays le bateau des gens français, le bateau des gens heureux. Nous ne sommes pas inquiets, nous serons dans le bon bateau.

Nous repècherons le bateau qui part

Au Fasaï, nous sommes quasiment les seuls clients la semaine, le week-end les thaïlandais envahissent l'hôtel puis repartent aussi vite. Nous sommes surpris de voir les thailandais voyager, prendre des week-ends, des vacances, nous sommes contents pour eux. Nous sympathisons avec tout le personnel qui nous apprend à parler, compter et même écrire en Thaï. Nous irons chez notre ami cueillir les noix de coco.

Niels pèche avec notre ami

Adan ne supportera plus la pêche, il ne voudra plus manger ni poisson, ni viande. Pas grave, les légumes et les fruits sont multiples et délicieux. Puis suite à vos messages, vos témoignages Adan ne veut pas se priver de ce qu'il aime mais il nous dit qu'il ne veut plus voir cela, qu'il ne mangera pas les animaux qu'il aura vu vivant. Alors, il recommence par une brochette à la saucisse, doucement à manger de la viande.

En fait, il s'en est passé des choses à Koh Chang, nous ne pouvons pas tout dire cela irait à l'encontre de notre phrase introductive. Nous avons l'impression que nous n'avons rien fait. A l'écriture de cet article, et à la lueur de tout ce que nous n'avons pas détaillé (les petites histoires de vie de famille de nos amis Thaï, le changement d'hotel pour une nuit offert par la maison pour un hôtel luxueux avec piscine, la course effreinée au ballon, Adan qui sauve son petit frère de la noyade, la joie de téléphoner à nos grands-parents pour la première fois depuis le départ…). Arrêter les transports, la course au paysages permet définitivement de rencontrer les gens, de renforcer nos moments de vie de famille autour du monde.

Retrouvez plus de photographies de notre voyage au Bénin sur le site du photographe Vincent Meyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donnez et voyagez avec Ecole autour du monde