Départ de Warang pour la ville sacrée des mourides de Touba.

Touba

Touba est une ville située à  165 km à l'est de Dakar. L'influence de l'océan ne s'y fait plus sentir et il y fait très chaud.

Mosquée de Touba - Senegal - Ecole autour du monde

A la fois hors du Sénégal (avec sa propre législation très largement influencée par la religion musulmane et notamment la confrérie soufie des Mourides de Sérign Touba, son indépendance fiscale et économique …) et au coeur du Sénégal. Sa branche musulmane est très largement diffusée dans le Sénégal jusqu'aux plus hautes instances. Le terme "Touba" apparait partout sur les boutiques et les transports. Sa situation géographique est aussi assez centrale bien qu'éloignée des axes principaux. Autre exemple, les Talibés, ces enfants mendiants qui peuplent les rues des villes sénégalaises de ce pays sont très largement originaires de Touba où des marabouts les éduquent par milliers.

Pour y arriver, un pèlerinage

Revenons à notre trajet ! A des fins d’économies, nous prenons ce matin là vers 10h un taxi 7 places à Mbour pour Touba et nous n’achetons que trois places, une pour Basse, une pour Chrystelle, une pour Vincent. Basse portera le sac photo de Vincent sur les genoux, Chrystelle portera Adan et Vincent portera Niels. De 10h à 13h30, avec une température dépassant les 40°C dans la voiture, nous passons ce trajet ainsi installés sur la banquette arrière du taxi, la plus petite banquette, celle qui se trouve quasiment dans le coffre. Basse et Vincent devront tenir leurs têtes baissées car le plafond à cet endroit du véhicule est vraiment bas.

Nous arrivons très fatigués à Touba. Nous sommes accueillis une fois encore par la famille de Basse qui nous prépare un repas qui nous fera le plus grand bien. Nous découvrons un intérieur le plus luxueux que nous ayons vu jusqu'à présent. La famille possède une maison sur plusieurs étages. On nous installe dans un salon avec banquettes en cuir, tapis, TV … un confort encore inconnu dans ce pays.

Nous prenons une douche, mangeons, nous reposons quelques minutes et revêtons les vêtements que nous nous étions fait faire chez le tailleur pour l’occasion. Il est bien hors de question d’entrer dans la mosquée en vêtement de toubab.

D'ailleurs, lorsque nous arrivons devant la mosquée, un homme demande très rapidement à Chrystelle de revêtir son voile sur la tête.

Que dire de cette mosquée ?

Vue de l'interieur de l'entree de la mosquee de Touba - Senegal - Ecole autour du monde

Un sentiment particulier, un contraste, quelque chose qui dérange. Le bâtiment est beau, grand, majestueux. Minarets de marbres de carrare sortant du sable brulant, immense parvis de marbre isolant le bâtiment de la poussière, tapis luxueux qui vous caressent les pieds, harmonie des proportions, voutes constellées de décorations raffinées, on sent une préoccupation de l'esthétique et des moyens colossaux mobilisés au service de cette ambition.

Adan, Basse et Niels devant l'entree de la mosquee de Touba - Senegal - Ecole autour du monde

En même temps, nous sommes expédiés manu militari dès que nous commençons à rentrer à l'intérieur de la mosquée par des hommes à la barbe longue et épaisse, au visage angélique et dur, car nous ne sommes pas musulmans. Basse est surpris mais docilement, nous quittons les lieux. On nous envoie vers un guide qui nous fera refaire le tour de la mosquée par l'extérieur, que nous avons déjà fait par nos propres moyens.

D'où viennent ces moyens ?

Mosquee de Touba Senegal - Ecole autour du monde

On nous explique qu'il y a de généreux donateurs fortunés. La grande fête de Magal attire des millions de musulmans qui font aussi des dons. Toute l'année, les membres de la communauté envoie de l'argent, selon leurs moyens. La mosquée possède aussi de nombreux terrains et entreprises à Touba et autour. On nous remercie de bien vouloir payer le guide pour ces explications, qui nous montre que les musulmans qui viennent prier ont un peu partout des urnes à leurs dispositions pour y déposer de l'argent.

Une rigueur religieuse, un entreprise financière et autour ?

Autour nous voyons des talibés. Ces enfants qui sont confiés par leurs parents à un marabout qui va leur enseigner le Coran suivant des méthodes bien particulières. Mendicité et vie de rue pour survivre. Apprentissage par coeur du Coran à coups de bâtons, d'enchainements et de privations au sein de bâtiments aux murs sur-élevés. A la sortie, des jeunes gens endurcies et reconnaissants des bien-faits de ces années d'enseignements qui vont prendre leurs places au sein de la société et garder un lien étroit avec Touba. Je précise que les sénégalais avec qui nous avons discuté qui sont d'anciens talibés sont adorables, tolérants et respectueux.

Départ pour Niakhar

Nous repartons, épuisés, le soir-même vers Niakhar rejoindre des membres de la famille de Basse avec un étrange gout dans la bouche. Avec, en tout cas, le sentiment qu'on ne peut aller au Sénégal sans visiter Touba, capitale religieuse de ce pays.

Retour de Touba vers Niakhar - Senegal - Ecole autour du monde

 

Retrouvez plus de photographies de notre voyage au Bénin sur le site du photographe Vincent Meyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donnez et voyagez avec Ecole autour du monde